Formation professionnelle à Tambacounda : lSETA marque son territoire

iseta2

En seulement une saison, la deuxième année scolaire venant de démarrer, l’Institut Supérieur des Etudes Technologiques Appliquées (ISETA) commence à bien marquer son territoire à Tambacounda. Après les agréments obtenus auprès de la tutelle et de l’Office National de la Formation Professionnelle (ONFP), l’ISETA développe des partenariats féconds avec d’autres grandes écoles et autres structures financières pour apporter sa contribution à la formation de nos jeunes dans des filières adaptées aux besoins de la région.

L’agrément en poche, le 00175 MFPAA/SG/DFP/MN du 17 avril 2014, celui de l’Office National de la Formation Professionnelle (ONFP) comme opérateur ayant suivi le 9 septembre de la même année, il ne reste plus qu’aux membres de l’instance directionnelle de l’Institut Supérieur des Etudes Technologiques Appliquées (ISETA) de mettre les pieds dans le plat et se frayer un passage dans le monde stratégique et indispensable de la formation professionnelle ici dans la région de Tambacounda qui traine malheureusement les pieds en la matière. Boye Diallo et ses partenaires ont commencé à outiller une première promotion d’étudiants dans les domaines du Management de l’Environnement, du Développement Local tout comme de la Gestion et de la Comptabilité. Cette année le Génie Informatique, le Développement Durable, la Production en Elevage, le Management de la qualité ou encore la Maintenance de machinerie agricole et de forage se sont ajoutés aux filières. Des enseignants expérimentés et chevronnés venant de Dakar et même de Paris par moments, se joignent aux experts locaux officiant dans les ONG, projets et programme ayant pignon sur rue à Tambacounda pour diffuser leur savoir faire.

Une convention de partenariat avec l’Institut des Etudes d’Administration et de Management (IEAM) de Paris, dans le cadre d’un programme Sino-Européano-Méditerranéen (SEM) donnerait la possibilité pour les étudiants de l’ISETA de faire leurs premières et deuxièmes années d’études ici au Sénégal et leurs troisièmes, quatrièmes et cinquièmes années en Chine. L’autre atout que les dirigeants de l’ISETA mettent en exergue, c’est le développement d’une bonne politique sociale à l’endroit des étudiants dont les parents sont démunis. Selon Boye Diallo, non seulement l’école applique un taux social à ces étudiants mais développe aussi, dans le cadre d’une convention avec l’ONG Fallou, une politique de prise en charge des étudiants aux revenus modestes ». Avec AL HUDA, une banque islamique officiant au Quatar, au Pakistan et à Dubaï un projet de développement d’une filière micro finance islamique est en gestation tout comme un projet de campus avec des partenaires Gabonais pour un programme d’échange annuel de 100 étudiants.

Boubacar Dembo TAMBA / www.tambacounda.info /